Boutures en bois sec

J’aurais sans doute dû encore attendre un peu, mais la tentation était là de jeter un coup d’œil à un de mes pots de boutures en bois sec prélevées début novembre dernier (de rosier grimpant rose odorant dans ce cas). Sur 6 boutures, 2 ont très bien raciné déjà et ce sont celles qui portaient des feuilles déjà bien développées. Une autre commençait des embryons de racines bien que de piètre aspect général. On constate en tous cas que ce n’est pas forcément la plus grosse bouture au départ qui donne le meilleur résultat. Une amélioration pour l’automne prochain : enlever un peu d’écorce à la base de la bouture sans trop abîmer le bois, de façon à augmenter la surface de racinage possible. De toute façon, la bouture doit être coupée à la base directement sous un nœud. Le substrat était moitié tourbe blond et moitié sable de rivière. Le pot a passé l’hiver dans la serre froide.

Couleurs d’hiver

Mes cyclamens d’extérieur ont encore belle allure. Pour le moment il y a en fleur : le jasmin d’hiver, la viorne Bodnatense, le laurier-tin, les cyclamens, les primevères doubles, les pensées. Et de leur côté, le mimosa et les ellébores sont en bouton. L’hiver peut se colorer lui aussi, même si ce ne sera jamais comme en été.