Ellébore jaune

Quand je disais que les anciennes feuilles d’ellébores pouvaient camoufler les nouvelles fleurs. En voilà un bel exemple sur ma Golden Yellow.

Je trouve que la couleur de cette ellébore, aussi bien le jaune des feuilles que celui des fleurs, se marie bien avec le brun des feuilles mortes que le vent y a amassées. La nature fait parfois très bien les choses.

Ellébores

Voilà les premiers boutons d’ellébores. J’ai donc enlevé les feuilles de l’année passée. Elles mettaient sans doute un peu de couleur mais elles auraient aussi complètement camouflé les nouvelles fleurs.

Ces vieilles feuilles sont passées au moulin pour le compost. Ca fait en gros 20 litres de broyat et sans doute en fin de cycle 2 à 3 litres de compost proprement dit.

En noir et blanc

Un couple de pies s’est installé tout près de chez moi, mais je n’ai pas encore vu où il y a un nid ou un début de nid. Ce n’est pas forcément une bonne nouvelle car ces oiseaux sont terriblement territoriaux et agressifs vis-à-vis d’autres espèces. Il faut donc craindre que leur présence réduise encore le nombre d’oiseaux dans ce coin où ils sont déjà de moins en moins nombreux.

Malgré cela, j’ai pu moi-même observer il y a quelques temps des pies volant au secours d’un merle qu’un faucon venait d’attraper en plein vol, sous mon nez pour ainsi dire. C’est assez surprenant de voir à quelle vitesse cela se passe. Le merle s’en est ainsi sorti moyennant quelques plumes perdues. Mais ces pies ne voulaient peut être pas aider le merle mais plus simplement éloigner le faucon sans plus.

L’observation de la nature est un sujet d’étonnement permanent.