Un joli coin très tranquille

« La chose la plus importante à observer et à conserver lors de la création d’un jardin, c’est l’esprit des lieux ». C’est ce que nous disent les Auteurs du livre Guide de la Couleur au Jardin (chez Ulmer). Et comment mieux respecter l’esprit d’un vieux cimetière marin autrement qu’en le laissant se fleurir naturellement (ou presque).
Le cimetière marin de Talmont-sur-Gironde est un bel exemple du genre, pour autant que l’on apprécie un fleurissement naturel.
Un cimetière naturellement fleuri ça ne donne sans doute pas envie de mourir, mais c’est quand même moins lugubre que les cimetières traditionnels aux trop nettes allées et aux tombes « au garde à vous ».

La fleur dominante est la rose trémière, assez présente dans cette région. Dommage que cette si jolie plante soit si sensible à la rouille. C’est ce qui m’empêche d’en cultiver chez moi où le climat peut être assez humide.

Les pierres longues monolithes surélevées sont des tombes symboliques dédiées à des Marins perdus en mer.

Le fleurissement naturel de ce cimetière marin est d’autant plus dans l’esprit du lieu que certaines rues de ce petit village pittoresque sont elles-mêmes fleuries dans le même style.
C’est vraiment un endroit charmant qui vaut bien un détour.

Jardin à l’italienne

Voilà la meilleure définition que j’ai trouvée du jardin à l’italienne : une galerie d’art à ciel ouvert. C’est un peu ce qu’on retrouve dans la partie jardin à l’italienne du domaine de Hever Castle dans le Kent. Mais ici, l’influence anglaise fait que c’est quand même très fleuri et végétalisé.

On retrouve aussi cette idée de galerie d’art à ciel ouvert dans ce petit jardin de l’antique Herculanum. Bien entendu, la végétation de l’époque est entièrement disparue dans ce cas. Difficile de dire si tout ça était aussi fleuri.