Bouturage en bois sec

C’est le moment de faire des boutures en bois sec (à ne pas confondre avec le bois mort …). En plus des rosiers, j’ai aussi fait de groseillers, groseillers à maquereaux, lilas, pommier, poirier, pêcher, hortensia (à partir d’une tige que j’avais cassée) et hydrangea grimpant. J’ai laissé quelques feuilles sur les boutures de rosiers, certains les enlèvent toutes, je ne suis pas sûr qu’une méthode est meilleure qu’une autre. Tout ça se retrouve maintenant en pots de terre cuite dans la serre.

Je ne suis malheureusement pas un très bon boutureur, j’espère quand même qu’il y en aura au moins une qui prendra racines sur le lot.

Chrysanthème

Moyennant la mise à l’abri dans la serre lors des nuits de gel, mon chrysanthème pomponette a encore belle allure. C’est une des boutures que j’ai faites au printemps. Je n’ai pas cherché à faire une belle demi-sphère comme on les voit dans le fleurissement des cimetières. Grouper par trois dans un pot fait pour a l’avantage que ça ne se renverse pas au moindre coup de vent.

Glaïeuls

C’est le moment de préparer les cormes de glaïeuls pour passer l’hiver. Enlever les vieilles peaux peut éviter les moisissures si le local de conservation est trop humide. De plus, ces vieilles peaux peuvent contrarier le démarrage des germes au printemps. En principe tout ça devrait repousser l’année prochaine. Pour étaler la floraison, j’essaie de faire une première plantation mi-avril, puis une autre mi-mai si les germes ne sont pas déjà trop développés. 

La couleur du corme n’est pas forcément représentative de la couleur des fleurs. Ces cormes jaunâtres ont produit des fleurs bleues centrées de blanc.

Graines de dahlia

J’ai récupéré quelques graines d’un dahlia pompon mauve de couleur peu courante pour ce type de dahlia.

Le but n’est pas d’en faire de la production, mais plutôt de constater si la couleur se maintient au semis. A supposer bien sûr que le semis réussisse. 

Les graines sont logées à la base d’écailles résiduelles de la fleur. 

A voir au printemps.