Semis de laitues

J’ai fait le premier semis de laitues pommées en pleine terre (des Merveilles des 4 Saisons), en collerettes anti-limaces. Comme on annonce du gel pour quelques nuits encore, j’ai couvert les semis avec des petites cloches en plastique. Le principe est de semer dans 4 collerettes toutes les 2 semaines environ de façon à avoir toujours des laitues juste à point (c’est le principe de semis étagés). J’ai aussi planté mes oignons et mes échalotes. Il n’y a plus qu’à attendre.

C’est parti!

J’ai fait mes premiers semis en pleine terre en extérieur, sous tunnel rigide. Il y a 2 lignes de carottes Nantaises et 1 ligne de laitues à faucher. A part ça, il reste au potager pour le moment, ayant passé l’hiver en place : des choux-fleurs d’hiver, des oignons rouges d’hiver, de l’ail et des poireaux d’hiver. Et j’ai fait une plantation d’œillets Chabaud géants. C’est parti pour le saison de jardinage.

Etat des premiers semis.

Voilà où en sont mes premiers semis pour le moment. De mes propres semences, il y a des tomates, de primevères auricules, des lupins bleus et des gerbéras nains rouges. De semences externes, il y a des pavots doubles, des roses trémières et des godetias à fleurs d’azalée. Tout ça se trouve hors gel dans une mini-serre dans la serre principale. Pour ce qui est de mes œillets chabauds géants, ils sont maintenant dans la serre sans autre protection et ont déjà de belles premières feuilles.

Semis de tomates

Voilà une anomalie dans mon premier semis de tomates. J’ai fait le semis dans deux godets différents, au même moment, dans le même substrat (terreau universel), placés dans le même environnement (en intérieur). Je vois que dans un godet tous les germes sont normalement formés et que dans l’autre, ils sont pour la plupart restés coincés dans leur tégument. Je fais toujours un semis en deux contenants différents justement pour parer aux aléas des semis (la fonte des semis notamment).

Semis de gerbéras

J’ai récupéré 5 plants d’un semis de gerbéras réalisé à partir de mes semences récoltées l’année dernière. Ca ne me fait qu’un taux de réussite de +/- 50%. La difficulté avec les semences de gerbéra, ce n’est pas de les récolter, il suffit de laisser sécher la fleur et de prélever les semences. La difficulté est qu’il faut trier les semences stériles (elles sont toute fines comme des mini clous) et les valables (elles sont un peu oblongues). Ce n’est un travail difficile en soi mais c’est un fameux travail de patience.